Extrait

Tic, tac faisait l'homme, à la chemise rouge, allongé sous un ciel d'étoiles alors que la pluie tombe, la nuit dans le fond d'un parc, trop à la marge pour être compris.

Tic, tac, les aiguilles lentes de sa nuit.

Thèmes

lecture texte vie image femme homme musique oiseau couple oiseau

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Le Jour (31)
· Délires (36)
· Epilogue (139)
· Images (19)
· Juliet (135)
· L'éveil (7)
· L'instant zéro (14)
· Lumières (6)
· Mes nuits (45)
· Mon Ange (6)
· Nos cauchemars (11)
· Quand le sommeil s'attaque à l'encre (6)
· Tableaux (9)
· Vérités (8)

Statistiques

Date de création : 04.10.2011
Dernière mise à jour : 01.03.2014
484articles


cauchemars
Derniers commentaires

j'aime bien le texte. au fait, je me proposé un petit défi: cette nuit je noterai l'heure exact où je m'endorm
Par 'aime , le 02.03.2014

un blog d'une sensibilité rare. continuez.
Par anne lise, le 28.10.2013

trée jolie se que tu fait si tu à l'envie de visiter mon blog c'est lartcestmapass ionhttp://lart cestmapassio
Par lartcestmapassion, le 04.10.2013

666 j'aime...diabl e...
Par Anonyme, le 22.04.2013

suspendue comme pendue , crucifiée.... offerte à son regard absent....disp arue, enfoncée dans l'oubli dévasta
Par moimyself, le 14.11.2012

Voir plus

Images
Rechercher
Figuration
Articles les plus lus

· Derrière Juliet
· Désanimé
· Danse.
· La nuit éteinte
· Titubations d’âme

· La couleur des corps.
· Je veux t’être.
· Une minute avant minuit.
· Flagrant dépit.
· La verticalité des mots.
· Une vie cessée
· Selling life by fragments.
· Rien n’a jamais existé.
· Une autre ville
· The main street.

Voir plus 

des mots griffés
couve-disque-gris.jpg
Extrait

Il ne pleut que la nuit et toujours des gouttes de toutes les couleurs parfois dansées par le vent, les étoiles sont muettes depuis longtemps, seuls des rayons bleus transpercent une uniforme couche de nuage noirs.

yyy
Extrait

La nuit est complète maintenant bien installée dans les moindres recoins avec ses bruits si particuliers, son rythme différent et ses fantômes qui hantent les ruelles abandonnées et obscures de la ville, la cime des arbres du parc crèvent les nuages descendus trop bas et libère une pluie...

Hypnose
Cercle_1.gif
Extrait

Je n'oublie pas ces instants trompeurs, dans des draps de braises souvent adultères, mais tout se mêle toujours pour se ressembler.

Metro à bruxelles
Station-de-m-tro-Rogier-Bruxelles-.jpg
Extrait deux

Je ne vois plus le jour, il ne se souvient pas de moi et passe maintenant trop vite pour que je puisse attraper un peu de sa lumière et aller les trottoirs dans un sens commun.

Extrait

La ville revient fardée de ses faux semblants, avec ses conventions inscrites dans les gênes des gens, des vies jouées en pantomimes par quelques seigneurs invisibles, tourne le monde et un liquide incolore, inodore comme de l'eau érode et tait ce qui dépasse trop souvent.

Extrait trois

Evanouie comme elle est apparue, avec quelques notes de musique emportée par la pluie, reste juste des cheveux blonds retenus par un crayon et une empreinte bleue sur les bordures des trottoirs titubés.

Engrenages
Engrenages.gif
Le 28 mai

Ne t'invente pas un regard ma Juliet : il serait pareil aux autres, vide d'âme

Le 19 mai

Les poètes se prostituent parfois dans les geôles aliénantes de verres vidés de force, les délires chimiques, ou les volutes de fumée aspirée avec des chimères qui illuminent le ciel au-dessus de nuages trop noirs

Expiration

... Sans Juliet, sans prétexte, sans alibi, sans regard, sans délit, sans torture, sans mort, cent vies, sans défaut apparents, cent erreurs, sans écrire, sang, sans nausées, cent toi, sans savoir, sans numéro, sans visage, sans regard, sans nom, sang, sans Juliet, sang...

Extrait

"Appelle la, Joshua, lorsque apaisé, tu dormiras enfin, elle t'entendra et viendra te donner un sourire et un ultime rêve..."

Un pont bleu
7456203-fa-on-pi-tons-ainsi-que-de-la-structure-m-tallique-arc-du-pont-eitai-avec-d-placement-de-v-lo-par-nu.jpg
Photos
Rien

Tu ne sais, Juliet, ma vie devenue, je sais ma mort, je ne voulais pas la vivre.

Rien d'eux.

Je baise la mort , je viole cette putain de vie, rends-moi ce que je t'ai donné, un rien, juste pour m'en aller sans que personne n'efface la couleur de tes yeux dans les miens.

Désanimé

Publié le 10/01/2012 à 21:15 par giovannipace Tags : vie image femme homme musique oiseau couple
Désanimé

 

 

 

[récit de la crainte de l'enfermement, salle miroirs, cercle, sphère asphixiante, comportement des personnages, de Joshua...]

 

 

 

… les angoisses de Joshua, désanimé, derrière les fenêtres désormais muettes…

 

le 10 janvier (92)

 

 

…La lune se déchire et ses morceaux légers de lumière blanche s’éteignent dans le ciel fermé de mes nuits bleues.

Elle disparue, je me suis allongé sur une tombe à venir, j’ai attendu une réponse à mon chagrin ivre, les tympans percés, seul, ma descente aux enfers.

Un Oiseau corps léger, soufflé par des mots.

Je vais arrêter d’entendre, de voir, d’écouter, de regarder, de sentir, de goûter, de respirer, de savourer, de toucher, de parler, de te caresser, de te dire.

Je vais arrêter ma vie.

Je suis dans une salle immense, aux murs miroirs, seule une double porte en acier mange mon image, les plafonds en ascension, au centre exactement d’un cercle de dix chaises hétéroclites posées, vides, pas de bruit, pas de mouvements pour s’accrocher aux glaces, mon reflet, la porte, mes souvenirs, la porte, tout s’enchaine vite, le doute la peur m’étrangle lentement, la porte ouvre deux hommes, côte à côte, même tenue, un pantalon et  tunique de toile froissée, grise, cheveux longs visages identiques, l’un parle une langue coupante que je comprends pas, l’autre ne l’écoute pas, corps de murmures, pas un regard, ils prennent place chacun à l’opposé l’un de l’autre, pas un regard, une femme suit de près déjà absente accompagnée d’air glacial, elle divague un instant la pièce, se retournant sans cesse, ses traits torturés de phrases retenues, elle s’assied à peine, trois, immobile au centre réduit au silence, je tremble, les dernières larmes de mon regard, un vieil homme tout de noir imprégné apparaît, longuement son regard dans les miroirs le retient, il avise une place lui aussi, il prend place, un couple désarticule des existences se tient la main et sépare encore sur des sièges différents, six, déjà des mots tus griffent le verre, les chaises se rapprochent du milieu, une sphère translucide m’entoure désormais, déjà les âmes y entrent, libérées par ces corps que la folie ronge, la porte ouverte toujours, une vieille dame déjà partie installe le reste de vie qui tente de lui échapper, un être presque invisible, de douleurs, une autre corps torturé ensuite un existence désanimée depuis la déchirure de leur cerveau, neuf, mélange des voix de mots déchiquetés, la pression dans la bulle augmente ma terreur, ma tête explose, je vais détruire les derniers neurones à coups de tesson de bouteilles pour ne plus souffrir, la porte s’évanouit, les miroirs rayés, les éructations du temps diffuse maintenant de la musique distendue, une présence se matérialise lentement tout autour du cercle, de l’eau coule les images dans les glaces, je vois un homme, de dos, je suis deux l’esprit déchiré, la sphère devient opaque, elle m’intègre, je ferme enfin la boucle, dix, je suis de ces fous.

Je me suis allongé sur une tombe venue du cimetière où seul je giserais, ma descente aux enfers

J’ai arrêté ma vie…

 

 

 


 

 

Commentaires (3)

babayaga le 10/01/2012
frustration je ne peux entendre la musique...:( plantage total.
http://babayaga.centerblog.net


babayaga le 10/01/2012
tout plante...je suis là pourtant.
http://babayaga.centerblog.net




Ecrire un commentaire


DERNIERS ARTICLES :
Déambulation
  ...Joshua en errance dans un temps anarchique...  ...Ce qui suit importe peu...  Vies erratiques Les stores baissés noient l’appartement dans une ombre inégale, Joshua
Les rêves ne mentent pas...
      …Un rêve itératif, un cauchemar…       Hors temps (467)     … Ce qui suit importe peu. Vies low cost. Où es-tu ? La chambre de l’appartement, un enfer froid entre q
Régression.…
      … Quelques gouttes du passé, entre la réalité crue et vide de l’instant…   Hors temps (466)   Ce qui suit n’a aucune importance. Vies singées. Où es-tu ? Extérieur,
Expiration.
      … Ecriture automatique...   Hors temps (465)     … Ce qui suit importe peu. Vies volatiles. J’ouvre les yeux, cauchemars.  Des talons claquent au plafond, j'imagine
Greffes.
      … Vies entées, esprits hantés…     Hors temps (464)     … Ce qui suit n’a aucune importance. Vies poubelles. Lorsque dans les paumes des mains, ne reste que la sens